Une genese du «parler de soi » du deja-la a l’evocation de l’absent dans l’activite dialogique du tout jeune enfant

Amina Bensalah

Resumo


L’analyse porte sur des productions langagières verbales et non-verbales les plus ordinaires entre des adultes et de très jeunes enfants âgés de moins de deux ans. En articulant les notions de l’évocation de l’absent et du déjà-là, notions qui mettent en avant le processus d’une «temporalité-spatialisée», je problématise la genèse d’un soi comme objet qui se donne à voir dans et par l’activité discursive. Mon hypothèse est que, s’agissant du tout jeune enfant qui ne peut donc s’auto-thématiser ni référer à lui-même de façon explicite, c’est bien dans l’évocation d’autrui et d’autres objets du monde qu’indirectement, il nous «parle» de lui. Trois éléments viennent étayer ma réfl exion pour répondre à la problématique posée : les notions de temporalité, de spatialité et d’affect. Elles sont clairement présentes dans les initiatives de demande, dans les mouvements des échanges et dans les séquences «pré-narratives» produites par l’enfant. Au vu des corpus, ces trois notions m’ont paru inséparables du lieu même où elles font ancrage, à savoir : l’interaction et le dialogue avec l’autre. L’approche adoptée dans l’analyse pour argumenter l’idée de l’expression d’un «parler de soi» chez le tout jeune enfant n’est pas tant, au sens strict, de type linguistique que de type pragmatique. Aussi, j’analyse les effets réciproques entre l’interaction et les échanges qui la modèlent.


Palavras-chave


Interaction; Reprise-modification; Parler de soi; Evocation de l’absent; Temporalité; Spatialité; Affect;

Texto completo:

PDF


E-ISSN: 1981-5794