La subjectivité énonciative et la constitution d’identités dans le discours de la revue féministe La vie en rose

Autores

  • Marty Laforest UQTR - Université du Québec à Trois Rivières - Département de Lettres et Communcation Sociale. Trois- Rivières – Québec – Canada
  • Juliane de Araujo Gonzaga Étudiante à la maîtrise en Linguistique. UFSCAr - Université Fédérale de São Carlos – Département de Lettres. São Carlos – SP – Brésil

DOI:

https://doi.org/10.1590/1981-5794-1405-3

Palavras-chave:

Avortement, Énonciation, Subjectivité, Identité, Pouvoir,

Resumo

La question de l’avortement au Québec suscite encore aujourd’hui des discussions sur sa légalité ainsi que sur le droit des femmes de décider d’avorter. En ce sens, cet article a comme objectif de faire l’analyse d’un éditorial de la revue féministe La vie en rose publié en 1982, en réponse à la lettre antiavortement des évêques, écrite en 1981. À partir des considérations de Kerbrat-Orecchioni concernant l’énonciation et la subjectivité, nous faisons une analyse discursive afin de comprendre comment l’énonciation contribue à la constitution des identités et de saisir comment la subjectivité produit une argumentation dans ces discours. En outre, nous adoptons les notions d’identité de Stuart Hall et de pouvoir de Michel Foucault pour comprendre comment la constitution des sujets dans le langage et dans le contexte socio-historique de production des énoncés rend possible la description des relations de pouvoir exercées entre les féministes, l’Église, l’État et les médecins. Cette analyse nous permet de conclure à la production d’identités multiples pour les femmes, dont l’objectif est de faire résistance face au pouvoir d’institutions hégémoniques.

Biografia do Autor

Marty Laforest, UQTR - Université du Québec à Trois Rivières - Département de Lettres et Communcation Sociale. Trois- Rivières – Québec – Canada

Profa. Dra. do Departamento de Letras e Comunicação Social na Universidade du Québec à Trois-Rivières. Desenvolve pesquias sobre "discours conflictuels" et sobre a comunicação no ambiente de trabalho. 

Juliane de Araujo Gonzaga, Étudiante à la maîtrise en Linguistique. UFSCAr - Université Fédérale de São Carlos – Département de Lettres. São Carlos – SP – Brésil

Graduada em Letras-Tradutor pela Unesp e mestranda pelo Programa de Pós-Graduação em Linguística- PPGL/UFSCar. Atua na área de Análise do Discurso Francesa e trabalha com os seguintes temas: sexualidade, gênero, corpo e poder.

Downloads

Publicado

20/05/2014

Edição

Seção

Artigos Originais